01/10/2012


Alain Thébault / Hydroptère - L’Hydroptère DCNS partage ses ailes à San Francisco

L’Hydroptère DCNS est arrivé en baie de San Francisco il y a un mois, au moment où les régates des America’s World Series reprenaient entre le Golden Gate Bridge et l’île d’Alcatraz.

Pendant plusieurs semaines, les marins volants ont partagé la technologie de leur « tapis volant » avec le public américain et mixé leurs entraînements avec la venue de personnalités à bord. A quelques heures des prochaines régates des ACWS et du show de la Fleet Week, retour en images sur un mois très riche pour l’Hydroptère DCNS. 

« C’est une fierté de porter les couleurs de DCNS et d’une France qui innove dans un lieu empreint d’une telle passion pour la technologie et où l’esprit pionnier est reconnu et encouragé. Notre voilier suscite beaucoup de curiosités et bien que la tentative de record soit reportée au printemps prochain, nous gardons le cap et poursuivons les navigations dans la baie avec assiduité. Nous redescendrons à Los Angeles courant du mois d’octobre » a expliqué Alain Thébault, concepteur et skipper de l’Hydroptère DCNS.
Au moment où les Kiwis effectuent leurs premiers vols sur AC72, l’équipe de l’Hydroptère DCNS a eu envie de faire partager son goût en matière de haute vitesse sur foils avec les principaux teams de la baie. Paul Cayard, CEO d’ARTEMIS Racing, James Spithill barreur d’ORACLE Racing et Paul Campbell James de LUNA ROSSA Racing se sont ainsi succédés à la barre du voilier le plus rapide de la planète, dans des pointes dépassant les 40 nœuds. 

La 34ème Coupe de l’America, déjà sous le signe des ailes rigides et depuis peu des ailes marines, s’annonce passionnante. Pionniers de cette technologie et détenteurs depuis 2009 du record absolu de vitesse à la voile sur le mille nautique (à 50,17 nœuds de moyenne), les marins d’Alain Thébault suivent avec passion les évolutions de la compétition. Certains de ses organisateurs, notamment John Craig (Principal Race Officer), Mike Martin (Director of Umpiring and Rules Administration) ou encore Stan Honey (Director of Technology) ont eux aussi pu tester les sensations du tapis volant. 

Dans cette logique de partage, un autre invité de marque a endossé la tenue de l’Hydroptère DCNS pour quelques jours. Rob Douglas, détenteur du record absolu de vitesse à la voile sur 500 mètres depuis 2010, avec un run à 56 nœuds, a participé au record du mille de la baie de San Francisco. Porté à 37,5 nœuds de moyenne pour cette première tentative, ce record est un clin d’œil adressé aux différents engins de vitesse de la baie. « C’est un premier chrono qui devrait susciter un peu d’émulation. On espère le voir amélioré par d’autres prochainement et, qui sait, venir le défendre l’été prochain, après notre traversée vers Hawaï. C’est important de partager et de créer des mélanges, nous sommes plusieurs autour de la planète à vivre pour la très haute vitesse. Avant Rob, nous avions déjà reçu Paul Larsen de Sailrocket, Tim Dado de Mcquarrie Innovation et ce colosse d’Anders Brindal » a plaisanté Alain Thébault. 

Au cœur de la région la plus technologique au monde, le pack Hydroptèrien a également reçu la visite de plusieurs autres « stars » de la Silicon Valley. Des géants Google et Youtube en passant par des compagnies innovantes telles que Sunpower (énergies solaires), plusieurs dirigeants ont décroché leur record de vitesse personnel à bord de l’Hydroptère DCNS. 

Le trimaran français naviguera dans la baie de San Francisco cette semaine en marge des America’s World Series et de la « Fleet Week », l’immense parade navale organisée par l’US Navy. Pendant plusieurs jours, la baie promet d’être le théâtre d’images époustouflantes. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter