26/05/2012


Armel le Cléac'h - C'est parti pour la 2ème étape en solitaire !

Ce samedi à 17 heures, dans la baie de Cascais, Armel Le Cléac’h à bord du Mono 60' Banque Populaire a pris le départ de la deuxième étape de l’Europa Warm’Up. 700 milles de près dans des vents légers jusqu’aux Açores, 1000 milles de ...

... portant dans la brise pour rallier le Fastnet puis 600 milles de côtier dans les courants pour finir à La Rochelle, voilà qui résume ce très riche dernier acte. Ces 2300 milles (environ 10 jours de mer) revêtent une importance particulière : en plus de la bagarre pour le classement général de la course, ce sera le dernier grand galop d’essai en solitaire avant le Vendée Globe. 

C'est parti ! Banque Populaire a pris son envol sous le soleil portugais, dans un vent de Nord-Ouest de 15-16 nœuds et une mer idéale pour ce début de manche. Un fois n’est pas coutume, c’est un départ à l’anglaise* qui a été donné, cap à l’ouest, en direction de la prochaine marque de parcours : l’île de Santa Maria aux Açores. Armel le Cléac’h est parti reposé, même si l’escale portugaise a été de courte durée (48 heures). Et être en forme va être indipensable pour venir à bout de ce gros morceau de l’Europa Warm’Up ! 

L’étape dans les grandes lignes 

Vendredi matin, au sortir d’une grosse sieste récupératrice, juste avant d’effectuer de jolis runs pour le fun au large de Cascaïs (Banque Populaire une nouvelle fois vainqueur du Chrono), Armel décryptait cette longue étape de 10 jours dont la configuration permettra de réviser toutes les gammes du parfait marin : de la stratégie fine pour commencer, de la conduite musclée ensuite et du côtier un peu coton pour finir. 

« Sur la route des Açores, nous allons traverser une dorsale (crête de l’anticyclone). Donc pas mal de près dans potentiellement peu de vent. Le jeu sera d’emblée très ouvert. Cette première partie sera intéressante et il ne faudra pas se louper car les premiers concurrents à passer les Açores seront ensuite propulsés au portant jusqu’au Fastnet (sud-ouest de l’Irlande). C’est un grand bord de portant de 1.000 milles, en fait, dans un système dépressionnaire avec de la mer, et pas mal de vent, peut-être plus de 30 nœuds. Là, il faudra aller vite, ce sera de la gestion de la machine, des choix de voiles et de la maîtrise du bateau. Dans ces conditions, tu peux rapidement te retrouver 2 à 3 nœuds en dessous de la vitesse cible parce que tu n’attaques pas assez, que tu n’es pas serein avec le bateau. Naviguer dans ces conditions est utile pour nous, car depuis le début de la saison, que ce soit en convoyage ou en course, nous avons eu beaucoup de près. Cette fois, ça ressemblera davantage aux conditions que nous pourrions rencontrer dans le Grand Sud. Le vent mollira à l’approche du Fastnet et ensuite, nous sommes trop loin pour avoir des prévisions météo fiables, mais il se pourrait qu’une autre dorsale nous barre la route. Cette troisième et dernière partie sera la plus compliquée : traversée de Manche, du trafic, des zones avec du courant le long des côtes françaises et surtout, la fatigue accumulée. Ce sera la fin de la course et tout le monde commencera à se surveiller, à se marquer, il faudra être attentif à ne pas faire de bêtises. » 

En mode Vendée Globe 

De sa première étape en équipage, Armel sort plus riche de précieux enseignements dans les choix de voiles, les réglages et la conduite. Cette fois, il sera livré à lui-même, seul responsable de l’intensité de sa course mais aussi de l’intégrité de son monocoque. L’objectif est de se mettre en configuration Vendée Globe, à tous les niveaux. Une perspective qui réjouit le skipper, qui, comme d’habitude, déclarait la veille du départ être déjà « à fond ». Pour le verdict, rendez-vous entre le 5 et le 6 juin à la Rochelle. 

* Départ à l'anglaise : Les bateaux partent directement dans le sens du parcours. Ils ne partent pas face au vent pour aller contourner une bouée de dégagement comme c'est souvent le cas au départ des courses. 

Europa Warm’Up
Etape 1 : Barcelone-Cascaïs (900 milles en équipage)
Etape 2 : Cascais- la Rochelle (2300 milles en solo via les Açores et le Fastnet)
Départ : samedi 26 mai à 17 heures
Arrivée à La Rochelle : à partir du 5 juin 

Rappel classement de la première étape :
1. Virbac-Paprec 3 / Jean-Pierre Dick (FRA)
2. MACIF / François Gabart (FRA)
3. PRB / Vincent Riou (FRA)
4. Banque Populaire / Armel Le Cleac’h (FRA)
5. Cheminées Poujoulat (Bernard Stamm)
6. Groupe Bel (Kito de Pavant)
7. Acciona 100% EcoPowered (Javier Sansó) 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter