03/05/2007


Stanislas Maslard - Le Golfe de Guinée comme si vous y étiez...

Stan Maslard et ses deux complices Marc Lepesqueux et Philippe Fiston caracolent en tête de la Route de l'Equateur depuis le départ de Marseille il y a près de 18 jours.

La sortie du Por au Noir semble effective et 1 300 milles restent encore à parcourir avant Pointe Noire. Message de l'Equateur... 

Chronique d'une nuit "paisible" 

"Nuit difficile a bord de "region gwada". 

"Hier soir, vent d'ouest bien établi, genack + gv haute, il flottait dans l'air une ambiance de sortie de de pot au noir. 

Premier changement de voile, petit spi, pointage de 19H50 : merde ! les autres ont vachement plus glissé que nous ; deuxième changement, grand spi. On redescend sur la route pour se recaler sur les autres. 

Philippe (Fiston) prend le premier quart jusqu'à 1h30. Un grain passe sous notre vent. Rien d'alarmant. J'arrive pour la relève et me rend compte que l'horizon est bien noir. Je préviens alors Marc (Lepesqueux) qui monte sur le pont me rejoindre ; on prépare la trinquette(la meteo du soir annonçait des vents de 60 a 80 KT dans les grains). Le vent ne montant pas, Marc retourne se coucher. Desolé les gars, fausse alerte, encore un grain blanc (que de la pluie mais pas de vent). Je reste à la barre sous une petite pluie normande. Le vent refuse. "Oh les gars ça passe genack", on hesite puis on se dit qu'on va jouer la securité vu que le vent grimpe un poil. Envoi du genack, affalage du spi, à peine le temps de le mettre dans son sac...
20 noeuds qui rentrent et refusent. On déroule le genack, histoire de dire qu'on l'a pas installé pour rien (j'étais encore en train de rentrer le spi), grosse refusante ingérable à la barre. Le bateau vire de bord. "Merde, qu'est ce que vous faites derrière ! " On roule la voile histoire de revirer puis on se dit que c'est maintenant solent. On déroule le solent, pendant ce temps le vent commence à bien rentrer. Je pars à l'avant ranger le spi définitivement pour ne pas qu'il parte a
l'eau. Le bateau revire et moi à l'avant, coincé, l'amure du spi dans une main et plaqué par le solent à contre dans le balcon ! Les gars s'activent et font revirer le bateau sans trop de soucis. OUF ! Je range mon bordel à l'avant (toute l'action se passe sous une pluie équatoriale). 

De retour à l'arrière, les autres ont pris un ris, on commence a faire route convenablement. 10 minutes plus tard, merde ! ça molli, on largue le ris, on remet le genack, il pleut toujours à torrent ! 

Au final, on passe une bonne heure comme ça. Je récupère la barre et les autres rentrent se sécher et dormir un peu. 5 minutes plus tard : "oh les gars ! il faut remettre le grand spi. " HUM ! 

On remet le grand spi et les autres vont enfin se coucher. 

Résultat, mouillés et pas dormis , il est 6 h du matin. 

Depuis on est toujours sous spi. Philipe m'a relayé il y a 20 minutes et Marc se réveille doucement à ma droite. 

Comme chaque peine a sa récompense, on a reprit 12 milles à Monnet pendant ce temps et je vais maintenant allé dormir, sur mes deux oreilles j'espère ! ... 

Voilà la petite chronique d'une nuit paisible... 

A bientôt bonne nuit " 

Stan 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter