13/11/2007


Victorien Erussard - Complicité parfaite à bord de Laiterie de Saint-Malo

Victorien Erussard et Fred Dahirel s'apprécient davantage de jour de mer en jour de mer. Les deux hommes, devenus complices, s'appliquent à conserver leur deuxième place de la Classe50 tout en tentant de laisser un maximum d'Imoca dans leur sillage.

Victorien Erussard et Fred Dahirel s'entendaient déjà à merveille avant le départ de cette Transat Jacques Vabre. Après 10 jours de mer, l'entente cordiale a franchement tourné à l'amitié. « Dès le début de notre association, on savait que cela le ferait bien. Mais là c'est carrément la lune de miel, confie Fred Dahirel. L'estime est mutuelle et je découvre un très bon marin hauturier. Vic est dedans, il a la fibre. Je pense que c'est un gars à prendre au sérieux. C'est un bon, qui adore ça et que l'on devrait retrouver sur les devants de la scène de la course au large. Il va bien...» Le compliment n'est pas à prendre à la légère. Fred Dahirel est l'un des meilleurs mercenaires de la course au large. Son palmarès est associé au plus grand nom de la voile. On y trouve pêle-mêle, Alain Gabbay, Florence Arthaud, Loïck Peyron , Jean Maurel, etc... 

« Sur une Transat comme celle-ci, tu deviens forcément complice », confirme Vic. 

La bonne entente à bord permet de digérer un bord africain qui a fait du mal aux deux Malouins. « Jusqu'à maintenant les fichiers et les modèles n'ont pas été toujours fiables. Notre bord mauritanien nous a coûté un paquet de milles, explique Fred. Heureusement cela à l'air de vouloir redémarrer. Pour le moment nous naviguons grand-voile haute et gennaker, à plus de 18 noeuds dans une quinzaine de noeuds de nord-nord-est. La mer est plate, le ciel est bleu, c'est du grand plaisir. » 

Les deux hommes ont mis le cap à l'ouest. «Nous gardons un oeil sur Jean Le Cam et un autre sur Michel Desjoyeaux. Ce sont de vraies stations météo mobiles et nous nous en servons comme poissons pilotes. » 

Victorien et Fred ont accepté de ne plus faire la même course que Franck-Yves Escoffier et Karine Fauconnier. Laiterie de Saint-Malo espère arriver au Brésil moins de 24 heures après Crêpes Whaou ! Les deux complices défendent pour le moment leur seconde place. Ils ont, à moins d'une semaine de mer des côtes du Brésil, une centaine de milles d'avance sur Anne Caseneuve et sur sa fille Djamila Houdet. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter