02/11/2007


Victorien Erussard - Laiterie de Saint-Malo prêt à en découdre

La machine est affûtés et les hommes détendus. Victorien Erussard et Fred Dahirel peaufinent les derniers détails avant de prendre le départ d'une Transat Jacques Vabre où l'on pourrait ...

... croire que les conditions météo ont été spécialement étudiées pour eux... 

Victorien Erussard comme Fred Dahirel sont détendus. Le skipper et le co-skipper de Laiterie de Saint-Malo attendent sereinement de prendre dimanche le départ de la Transat Jacques Vabre. 

" Le bateau est fin prêt, même si cela arrive beaucoup plus tard que prévu. Sur cette plateforme de 20 ans d'âge, reconfigurée pour la Route du Rhum 2006, on trouve toujours quelque chose à faire. " 

Route du Rhum 2006, on trouve toujours quelque chose à faire. " 

Fred Dahirel a renforcé la structure et certaines pièces d'accastillage durant la mise au sec automnale du trimaran. Erwan, Paulo et Loïc les équipiers, tous bénévoles, s'activent aux ultimes préparatifs. Le dernier petit coup de chaud est venu d'un pic de tension dans le circuit électrique du bateau, mal remonté à Saint-Malo. Un problème électrique qui aura été fatal à certains éléments de l'électronique embarquée.
Les dernières 48 heures, - le trimaran Laiterie de Saint-Malo prendra le départ de la huitième édition de la Transat dimanche midi, à 13 heures 02 précisément, sont donc consacrées à la météo. 

Des conditions météo idéales 

Une météo que l'on pourrait penser spécialement prévu pour Laiterie de Saint-Malo. " Déjà, les conditions annoncées sont hyper relax, confie Fred Dahirel, vainqueur de l'édition 1997. L'anticyclone nous protège. Cela évite de nous faire cueillir à froid dès les premières heures de course. Une sensation aussi désagréable pour un marin que de se faire sonner dans le premier round pour un boxeur. " 

" Si nous rencontrons les conditions annoncées cela devrait être plutôt bon pour nous, explique Victorien. Laiterie de Saint-Malo est le plus à l'aise dans 15-20 noeuds de vent au portant ou au travers. Ce serait pour nous un schéma idéal. Des conditions qui nous permettraient de rester au contact de Crêpes Wahou !, notre principal adversaire. Le danger pour nous serait de nous faire distancer dans la Manche ou dans le golfe de Gascogne et de changer de système météo. " 

" Si nous rencontrons les conditions annoncées cela devrait être plutôt bon pour nous, explique Victorien. Laiterie de Saint-Malo est le plus à l'aise dans 15-20 noeuds de vent au portant ou au travers. Ce serait pour nous un schéma idéal. Des conditions qui nous permettraient de rester au contact de Crêpes Wahou !, notre principal adversaire. Le danger pour nous serait de nous faire distancer dans la Manche ou dans le golfe de Gascogne et de changer de système météo. " 

Plus tard, la différence se fera sur les choix stratégique. " Sur ce type de transat avec plusieurs systèmes météos différents à traverser, et au regard de la différence de vitesse que Crêpes Wahou ! possède sur l'ensemble de la flotte, nous allons nécessairement réaliser un course d'attente, ajoute Fred. Ce qui stratégiquement, à condition de rester au contact, peut être intéressant. Il y aura forcément des opportunités qui se présenteront...il faudra les saisir. " 

Pour le moment l'heure est aux derniers détails, comme l'installation d'un stick associé à un poste de barre mobile. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter