09/07/2009


Solocéane - Le monotype SolOceans est bon pour le service

Après une navigation, le 26 juin 2009, avec Michel Desjoyeaux, conseiller technique du monotype SolOceans, en présence de Yann Régniau, designer de North Sails France ; suite à une séance de travail en mer le 12 juin avec les ...

... architectes Jean-Marie Finot, Pascal Conq et Erwan Gourdon (Cabinet Finot Conq et Associés), la nomenclature du monotype SolOceans est établie définitivement au terme de 30 000 milles nautiques consacrés aux essais et à l´optimisation de ce monocoque océanique, soit en tout juste vingt mois de navigation-test sous la direction de Jean-Baptiste Daramy, responsable de la production au sein de SailingOne. Un tel travail intensif n´avait jamais été réalisé auparavant pour mettre au point un monotype, de surcroît à vocation océanique. Le résultat est à la hauteur des efforts déployés et aux remarques formulées par les 25 marins* qui ont apporté leurs compétences au fil des 30 000 milles nautiques parcourus. L´objectif SolOcéane** 2011-2012 est désormais devant l´étrave des monotypes SolOceans en construction. 

"C´est bon comme ça". En cinq mots, Michel Desjoyeaux conclut un travail entamé le 2 décembre 2005, date officielle de démarrage du projet SolOcéane et, par conséquent de la création de son monotype high-tech de 16 mètres (52,5 pieds). Jean-Baptiste Daramy, responsable de la production en série de ce monotype océanique au sein de SailingOne, explique : "Après le super travail réalisé par Charles Caudrelier, Erwan Tabarly et Liz Wardley sur Bostik en 2007-2008, nous avions pris un certain nombre de décisions. Certaines ont été mises en oeuvre aussitôt ou au fil des mois et des travaux de maintenance d´été et d´hiver comme, par exemple, l´ajout de la colonne de winch sur une recommandation de Liz Wardley. D´autres décisions techniques, comme l´équipement d´un Maxi Spi et la mise en harmonie des voiles avec le gréement sur les conseils de Charles Caudrelier, ne seront effectifs que lorsque nous recevrons le nouveau jeu de voiles North Sails France à l´automne prochain. Aujourd´hui, nous sommes fiers de préciser que nous avons tenu compte de TOUTES les remarques des marins, sans exception, sous réserve qu´elles aient été formulées dans la philosophie du monotype océanique et de son programme sportif, dont la SolOcéane sera le sommet". 

"Dès l´origine du projet nous avons déterminé trois phases distinctes de préparation du monotype SolOceans", expose Yvan Griboval, Président de SailingOne et créateur de la SolOcéane et du monotype SolOceans, "une fois la première unité à l´eau, en octobre 2007, il était nécessaire de valider sa fiabilité générale et son adéquation à la philosophie du concept de la SolOcéane au plus vite. Ce fut l´objet des 28 000 milles nautiques parcourus entre Caen, Wellington en Nouvelle-Zélande, la Suède, New York et Malte, dans toutes les conditions de navigation et, surtout, les plus éprouvantes, en conformité avec ce que les marins affronteront en course sur le parcours de la SolOcéane". 

"Nous avons terminé cette première phase avec succès, c´est-à-dire en constatant que le voilier conçu par le Groupe Finot Conq et Associés répond parfaitement à nos attentes et au programme auquel il est destiné ; que sa construction par JMV Industries à Cherbourg n´appelle que des félicitations ; que le travail réalisé par l´équipe technique SailingOne dirigée par Jean-Baptiste Daramy est au point pour lancer la production en série aux meilleurs coûts". 

"La deuxième phase était la série de tests côtiers, qui a commencée en octobre 2008 avec la participation à la Rolex Middle Sea Race, puis qui s´est prolongée de mars à juin 2009 avec des navigations normandes et bretonnes, dont la participation aux speed-tests du Grand Prix Petit Navire de Douarnenez (avec Nicolas Bérenger et Fabien Delahaye) et à la Transmanche en double (avec Vincent Riou et Gildas Morvan). Même si les conditions atmosphériques et l´état de la mer rencontrés durant ces trois mois ne représenteront qu´une faible proportion des conditions de navigation réelles sur le parcours des courses océaniques qui constitueront le programme officiel de la Classe Monotype SolOceans, cela a permis d´optimiser notre bateau et, accessoirement, de découvrir qu´il était plus rapide que nous l´espérions par rapport aux prototypes IMOCA 60 de dernière génération, notamment lorsque nous naviguons par moins de douze noeuds de vent. C´est une bonne surprise observée sur les speed-tests de Douarnenez. Elle met fin aux rumeurs infondées qui circulent dans les bistros". 

"La troisième phase a aussitôt débuté dès le 29 juin, avec deux types de travaux très différents. Au plan technique, il y a la mise en place du premier Kit OceanoScientific, dont la pose du capteur d'humidité et de température d'air sous le radar du monotype SolOceans par l´équipe de Vinciane Unger (Météo France) le 6 juillet. Parallèlement, nous pénétrerons dans une phase plus administrative avec l´écriture des règlements de la Classe Monotype SolOceans. Là encore, l´avis de Michel Desjoyeaux et d´une douzaine de skippers concernés par ce monotype vont nous être d´une grande utilité pour concevoir ces règles, tout en nous inspirant de la fantastique expérience de classes monotypes existantes, comme celle des Figaro Bénéteau, par exemple. Nous allons innover, notamment en matière d´assurances, de maintenance et de médiatisation. Notre volonté initiale de mutualiser les coûts, d´offrir de réelles garanties d´exposition média aux entreprises (armateurs et sponsors) et de veiller à ce qu´aucune inflation n´existe, autre que celle du salaire des skippers, va désormais prendre toute sa mesure", rapporte Yvan Griboval, en concluant : "Les prochaines navigations concerneront la première Campagne OceanoScientific sur la base d´un aller-retour atlantique en novembre et décembre 2009 : en double dans le sens Est - Ouest, puis en solo pour le retour à Caen. Nous souhaitons en effet qu´un équipage s´engage dans la Transat Jacques Vabre au départ du Havre dimanche 8 novembre, dans une classe expérimentale, c´est-à-dire sans être classé dans une catégorie spécifique de cette compétition". 

Yann Régniau (North Sails France) présente les modifications du plan de voilure pour optimiser l´efficacité de ce gréement particulièrement adapté au programme de navigation hauturières du monotype SolOceans. "La surface de la grand-voile demeure identique, mais nous avions mis trop de creux à l´origine et nous allons donc revenir à une voile plus plate, conformément à ce que nous pratiquons sur les prototypes IMOCA 60. Les trois lattes inférieures seront flottantes pour tenir compte des galhaubans très reculés sur ce monotype. Le Solent va gagner 4,20 mètres carrés pour atteindre une surface de 84,20 mètres carrés. La Trinquette gagne 5 mètres carrés à 39 mètres carrés. Le Gennaker Code 0 qui sert au près dans le petit temps et dans la brise au reaching ouvert, va passer de 90 mètres carrés actuellement à 111 mètres carrés, avec le point d´amure en extrémité de bout-dehors et le point d´écoute reculé. Le Gennaker Code 5 va devenir la voile principale de portant dans la brise et même la très forte brise. Charles Caudrelier et Liz Wardley ont démontré que le monotype SolOceans est très puissant dans la forte brise sur une mer formée comme on en rencontre dans le Grand Sud. Il fallait donc optimiser cette voile qui passe de 150 à 172 mètres carrés. Par sa forme et par le gain de surface, il va y avoir beaucoup de chevaux en plus sans diminuer la stabilité de route, c´est important. Le spi de capelage ne va pas changer de surface (250 m2) mais un peu de forme. Nous avions prévu un Maxi Spi de 290 mètres carrés et nous allons en définitive le porter à 313 mètres carrés." Yvan Griboval précise au sujet de ce spi : "Il est destiné à être utilisé dans le tout petit temps et le tissu sera léger : 0.75 oz et 0.9 oz". Quant à Michel Desjoyeaux, il ajoute avec un brin de malice : "J´ai la même chose sur Foncia (prototype IMOCA 60) et j´arrive à le porter jusqu´à 30 noeuds de vent réel..." Avis aux amateurs de longues glissades. 

Pour Jean-Marie Finot :

"Avec ces modifications, on va vraiment avoir un bateau plus rapide tout le temps et en particulier dans moins de 8 - 10 noeuds de vent. Actuellement, avec le Code O de 90 mètres carrés, nous avons une vitesse proche de la vitesse du vent réel, ou un peu au-dessous dans certaines conditions. Avec ces modifications, nous devrions être environ 15% plus rapides que le vent réel". "En général, le gain va surtout provenir de la complémentarité des voiles pour que chaque changement de voilure permette une accélération du monotype, qu´il s´agisse de réduire la surface ou de l´augmenter", complète Pascal Conq, "pour autant, la facilité d´utilisation du monotype SolOceans ne sera pas diminuée, car ces quelques mètres carrés ne changeront rien aux manoeuvres. Toutefois, il faudra que le skipper soit en bonne forme physique pour dompter la machine avec le Maxi Spi de plus de 300 mètres carrés ou dans la forte brise avec le Gennaker Code 5. Les moyennes sur 24 heures vont être intéressantes..." 

La modification technique la plus significative concernera le système de barre. "Il faut diminuer le diamètre des pignons", expliquait Pascal Conq le 12 juin. Jean-Baptiste Daramy et son équipe ont aussitôt fait la modification à bâbord. Le bénéfice a été immédiat : "Maintenant c´est aussi doux à barrer que Groupe Bel (Proto IMOCA 60 de Kito de Pavant)", commentait François Gabart lors d´une navigation en Baie de Quiberon le ? juin dernier. 

* Les 25 marins qui ont apporté leur contribution à la mise au point du monotype SolOceans en complément de Michel Desjoyeaux, conseiller technique, sont, par ordre d'entrée en scène : Erwan Tabarly (Athema), Liz Wardley (Sojasun), Eric Péron (Skipper Macif), Quentin Monégier, Charles Caudrelier (Bostik), Yann Clavier, Boris Herrmann (Beluga Racer), Alexia Barrier, Phil Paxton, Patrice Carpentier, François Gabart (Espoir Région Bretagne), Thomas Rouxel (Défi Mousquetaires), Franck Ferey, Eric Loizeau, Fabien Delahaye (Port de Caen - Ouistreham), Servane Escoffier, Philippe Vicariot, Nicolas Bérenger (KONE Elevators), Halvard Mabire, Miranda Merron (40 Degrees), Gildas Morvan (Cercle Vert), Vincent Riou (PRB), Pierre Brasseur (Région Nord-Pas-de-Calais - Ripolin), Sébastien Rogues (EOLE Generation - GDF SUEZ), James Burwick. 

** La SolOcéane est la première compétition de voile océanique en solitaire autour du monde qui se courra à égalité de chances sur des monocoques high-tech de seize mètres (52,5 pieds) tous identiques les uns aux autres : les monotypes SolOceans. Ils seront équipés d´un Kit OceanoScientific qui leur permettra de collecter des informations scientifiques relatives à l´évolution climatique mondiale dans des zones inexplorées de la planète, au profit des scientifiques du monde entier. La première édition de ce tour du monde partira le 23 octobre 2011 de l'agglomération Caen la mer, après un prologue à Cherbourg-Octeville. Les navigateurs solitaires feront escale à Wellington, la capitale de Nouvelle-Zélande, avant de reprendre la mer à destination de la Basse-Normandie, pour couper la ligne d´arrivée finale à Cherbourg-Octeville. Ce tour du monde se compose donc de deux étapes par les trois caps : Bonne-Espérance en Afrique du Sud, Leeuwin en Australie et Horn en Amérique du Sud. Chaque étape représente environ 50 à 55 jours de navigation, pour un périple total de 26.000 milles (48.000 kilomètres) autour de la planète. La SolOcéane se courra tous les deux ans, en dehors des cycles quadriennaux du Vendée Globe, de la Route du Rhum et de The Artemis Transat. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter