28/06/2012


Erwan Tabarly - Solitaire du Figaro : se concentrer sur la suite

Après avoir dormi du sommeil du juste, Erwan Tabarly revient sur cette première étape de la Solitaire du Figaro Eric Bompard Cachemire. La déception est évidemment au rendez-vous, d’autant que le skipper de Nacarat avait plutôt très bien ...

... entamé son début de course. Mais c’était sans compter sur un sac plastique sur la quille qui est venu freiner le bateau puis Eole qui fait des siennes… Pour autant, Erwan n’est absolument pas démotivé. Au contraire, il se focalise déjà sur la deuxième étape qui reliera Gijon à St Gilles Croix de Vie dès dimanche. Avec seulement 59’10’’ de retard sur Yann Eliès, leader au classement général, tout est encore possible. 

Erwan, raconte-nous tout d’abord ton début d’étape 

Au début ça s’est plutôt bien passé. A Perros Guirec c’était très bien puis le vent a molli et avec la renverse du courant, il a fallu bien négocier les différents passages. J’étais dans le trio de tête, on tirait des bords devant Trebeurden, vraiment un bon début de course ! Dans la nuit, j’ai ralenti, comme le vent était vraiment instable, nous n’avancions pas tous à la même vitesse au même moment. Je pensais vraiment que c’était dû au manque d’air et que ça allait revenir. Tu te dis, ce sera mon tour tout à l’heure ! J’ai tout de même vérifié la quille, les safrans, mais je n’ai rien vu. Il faisait nuit, il faut dire que je ne voyais pas le haut de la quille… Je n’avais pas de bateaux autour de moi, donc il m’était difficile de me rendre compte de ma vitesse par rapport aux autres. Quand, au petit matin, j’ai vu que les bateaux autour de moi allaient deux fois plus vite, je me suis rendu compte qu’il y avait un problème. J’ai mis la tête sous l’eau, et par l’arrière j’ai vu un sac plaqué dans le haut de la quille, il m’avait ralenti toute la nuit… J’étais sous spi, j’ai fait une marche arrière et c’est reparti. Mais ça fait beaucoup de milles perdus pour une bêtise ! 

Tu aurais pu réagir plus vite ?

Si le vent avait été plus régulier, je m’en serais rendu compte plus vite, c’est certain. Mais là, les circonstances météo étaient telles que je n’ai pas compris tout de suite, je pensais que je n’avais pas les bonnes risées, il faisait nuit, je ne voyais rien. J’ai perdu le contact avec les premiers, bêtement, c’est rageant. 

Puis vient le Golfe de Gascogne et sa pétole…

Dans le Golfe je suis bien revenu sur Fabien Delahaye, j’étais juste à côté de lui. Quand d’un coup, devant moi : un miroir ! Pas un souffle de vent ! Mes poursuivants arrivaient avec du vent, la tête de course avait du vent et moi, rien, mes voiles faseillaient ! Alors j’ai de nouveau perdu le contact avec la flotte… C’était très énervant, ça partait devant et derrière ! Et moi je ne pouvais pas avancer, il n’y avait aucun passage devant moi. 

Après ces 2 coups du sort, tu t’es démotivé ?

Pas du tout ! C’est le jeu malheureusement. Dans ce genre de cas, tu reprends le boulot, tu te reconcentres, tu fais une chose à la fois. Ensuite lorsque que l’on a redémarré dans le Golfe, j’ai bien profité du vent, c’était vraiment de la conduite du bateau. Mais c’est vrai que j’avais fait une croix sur le podium. A l’arrivée à Gijon, je ne m’en suis pas mal sorti, je suis satisfait. Je suis arrivé sous de gros grains, et avec les nuages, il suffisait que le vent tombe d’un coup pour que ce soit une arrivée compliquée ! 

Au final, tu n’accuses que 59 minutes et 10 secondes sur Yann Eliès, tout reste jouable ?

Oui ça me paraît complétement gérable. Il reste deux étapes, et vu ce qui nous attend sur celles-ci, ce n’est pas handicapant. Maintenant il est vrai qu’il vaut mieux avoir 59 minutes d’avance que de retard ! Je sais qu’il va falloir que j’attaque dès le départ de Gijon dimanche. Mais je suis confiant. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter