01/07/2012


Franck Cammas - Lorient (France) - L'ultime challenge

Le départ de la dernière manche de la Volvo Ocean Race a été donné ce dimanche à 13h03 dans une jolie brise de secteur Ouest et sous un grand soleil. Une neuvième étape hauturière très importante pour Franck Cammas et ses hommes puisqu'ils ...

... peuvent espérer la victoire finale, mais aussi capitale pour ses poursuivants qui doivent se départager à quelques points d'écart. L'arrivée à Galway est prévue avant le lever du soleil mardi… 

Départ prudent de Franck Cammas et ses hommes pour éviter tout contact et toute pénalité sur ce parcours préliminaire d'une dizaine de milles, avant d'engager réellement la confrontation au large de Groix. Cette mise en bouche consistait en deux tours privilégiant les bords de débridé au bénéfice des Espagnols qui réalisaient un excellent départ sous le vent de la flotte. Trois quarts d'heure plus tard, Telefonica s'élançait sous Code 0 en direction de Belle-Île (à laisser à tribord), suivi par Puma tandis que Camper réussissait à déborder Abu Dhabi dans ce deuxième tour de chauffe. Sans prendre aucun risque, Groupama 4 fermait la marche dans le tableau arrière de Sanya sans être véritablement décroché de la tête de course. 

Le Pac-Man lorientais 

« On s'attend à une prochaine nuit difficile : il faudra faire attention après un départ qui ne se fera pas en douceur… Car l'étape est courte : il faudra tout donner ces prochaines 36 heures avec un finish plus simple où il faudra juste éviter les zones de calme, ce qui n'est pas évident non plus en Irlande. C'est un sprint, une course « In-Port » agrandie ! Nous sommes donc restés sur la même configuration qu'hier avec Charles Caudrelier qui assure le poste de navigateur à la place de Jean-Luc Nélias qui a beaucoup travaillé sur le parcours avant le départ. La course n'est pas finie : il faut attendre Galway… » indiquait Franck Cammas sur les pontons de Lorient. 

En effet, à peine les Coureaux de Groix avalés à plus de quinze nœuds de moyenne, la hiérarchie avait déjà changé derrière le leader ibère : son poursuivant américain était en ballottage face aux néo-Zélandais qui les dépassaient progressivement au vent, tandis que Groupama 4 talonnait Camper sur ce bord vent de travers serré dans une quinzaine de nœuds. Très à l'aise dans ces conditions, Franck Cammas grappillait mètre par mètre en se rapprochant du terrain de jeu bien connu des Lorientais : en devant faire le tour de Belle-Île, l'équipage français avait l'avantage de jouer à domicile en négociant le courant de marée montante et les effets de côte de la presqu'île de Quiberon. 

Des îles et de la pluie 

Ces conditions favorables devraient perdurer quasiment jusqu'à l'Irlande, même si le ciel risque fort de se charger de pluie au passage d'un front chaud la nuit prochaine. Mais le parcours essaime plusieurs pièges tout au long des 550 milles entre Lorient et Galway : il va falloir faire le tour de Belle-Île sous le vent de ses falaises, ce qui va rendre le passage devant Locmaria (pointe Sud-est) assez technique. Puis dans une brise qui va progressivement tourner au Sud-Ouest, les six VO-70 vont donc se retrouver au débridé pour déborder les îles de Glénan avant Penmarch' et la traversée de la baie d'Audierne. Les navigateurs ont alors la totale liberté de passer par le raz de Sein ou par l'extérieur de l'Occidentale, tout comme à Ouessant où certains pourraient profiter du courant de marée montante lundi au tout petit matin par le chenal du Four. Seul impératif : éviter la zone interdite au Nord-Ouest de l'île bretonne, parallélépipède de gestion du trafic maritime par les CROSS. 

« Le fait d'être le navigateur me met surtout de la pression ! J'étais supposé prendre ce poste en remplacement si Jean-Luc était blessé : je ne suis pas encore très bien calé, mais de toutes façons, c'est Franck qui décide au final… On va avoir du vent tout le temps, ce qui est bien sauf peut-être à l'arrivée. Ce sont des conditions favorables à Groupama 4 (vent de travers) et ça va aller vite ! Le souci, c'est qu'il y aura beaucoup de variations dans la force du vent, donc nombre de changements de voiles : il ne faudra pas se tromper dans la configuration. Et nous n'avons pas le droit d'avoir une avarie, ce serait le scénario catastrophe. L'arrivée ne sera pas simple : il y a beaucoup de reliefs, et d'expérience pour avoir été souvent là-bas, il y a souvent du petit temps qui crée des regroupements dans les derniers milles… » analysait Charles Caudrelier. 

En effet, après un bord de vent de travers dans un flux de Sud-Ouest dès le coucher du soleil ce dimanche jusqu'aux abords du phare du Fastnet (Sud-Ouest de l'Irlande), la brise devrait mollir un peu en basculant au Sud, ce qui annonce une belle bagarre sous spinnaker pour les cinquante derniers milles… Et pour Groupama 4, un podium sur cette ultime étape au large suffirait à lui assurer la victoire au classement général à Galway ! 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter