11/01/2011


Jean le Cam et Bruno Garcia - Jean le Cam explique le démâtage de Président

Engagé dans la Barcelona World Race avec Jean Le Cam et Bruno Garcia, le 60 pieds IMOCA Président a démâté hier soir lundi 10 janvier au large de l’archipel du Cap Vert, au onzième jour de course.

Tandis qu’ils rejoignent au moteur le port de Mindelo, sur l’île de Sao Vicente – où Président devrait arriver cette nuit - Jean Le Cam explique cette fortune de mer. 

Jean, quelle est la situation actuelle ce mardi matin ?

JlC :

« Nous sommes à une cinquantaine de milles de notre port d’arrivée, à 25 milles sous le vent de la plus grande île du Cap Vert. Nous progressons au moteur à 4 nœuds, travers à l’alizé dans une mer assez formée. Nous devrions arriver cette nuit (au port de Mindelo, sur l’île de Sao Vicente). Nous avons assez de gasoil pour y arriver, pas de souci de ce côté-là. » 

Dans quelles circonstances a eu lieu le démâtage de Président ?

JlC :

« Vers 20h, à la tombée de la nuit hier soir, il y avait 20 à 25 nœuds de vent, on a planté dans une vague sous gennaker… rien d’exceptionnel et le pourquoi du comment je n’en sais rien ! Ce n’est même pas un enfournement, mais un petit ‘planté’ comme c’est arrivé vingt fois avant, mais là… On a entendu un crac et le fagot était par terre. Ça dure deux secondes : le temps que tu lèves la tête le mât est déjà tombé. J’étais à la barre, Bruno était en stand-by à la table à cartes… et voilà. Le mât s’est cassé, est parti en morceaux, tout est tombé à l’eau. » 

Avez-vous récupéré quelque chose ou a-t-il fallu larguer le mât ?

JlC :

« Le souci est toujours le même dans ces cas-là : éviter d’abîmer la coque avec le mât. Il fallait tout larguer le plus rapidement possible pour ne pas endommager le bateau. On a coupé toutes les drisses et le gréement jusqu’à ce que le mât se sépare complètement du bateau. A la suite de ça, nous avons fait immédiatement route au moteur. » 

Y a-t-il une solution pour repartir ?

JlC :

« Honnêtement, quand il n’y a plus de mât ni de voiles… à mon avis c’est très difficile. » 

Tu avais découvert le bateau il y a quelques mois, qu’en penses-tu ?

JlC :

« Ce n’est pas un mauvais bateau. Globalement nous étions assez satisfaits. C’est sûr que ce n’est pas la dernière génération, on voyait qu’on avait un petit manque de vitesse par rapport aux tous derniers bateaux. Mais globalement on allait pas mal quand même… » 

Message de la direction de Président 

« Nous sommes profondément touchés par la fin brutale de cette aventure qui avait mobilisé l'ensemble de nos 38.000 salariés derrière "Président". Nos premières pensées vont bien sûr vers Jean et Bruno, fort heureusement indemnes mais meurtris dans leur âme de compétiteurs. Merci à eux et à toute l'équipe qui s'est investie sans compter dans ce projet pour défendre nos couleurs avec panache. C'est la dure loi du sport en général et de la course au large plus particulièrement, il faut l'accepter et se tourner vers l'avenir désormais. » 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter