19/04/2011


Jérémie Beyou - BPI aux côtés de Jérémie Beyou

Avec détermination et droiture, Jérémie Beyou affiche ses ambitions pour les saisons 2011 et 2012 : remporter la Solitaire du Figaro et s'aligner au départ du prochain Vendée Globe.

Pour atteindre son premier objectif, il pourra compter sur le fidèle soutien de son partenaire BPI. Le skipper explique ses choix et revient sur l'expérience acquise lors de sa tentative de record autour du monde dans le Trophée Jules Verne. 

La Solitaire du Figaro ? Récidiver 

Il l'a remportée en 2005 et, depuis, l'a courue à deux reprises et a remporté deux étapes. Il court donc la Solitaire du Figaro pour la douzième fois en 2011 et c'est bien pour ravir la plus belle place, une seconde fois. S'il acquiesce qu'en 2010 ses entraînements avaient été insuffisants, Jérémie Beyou se prépare différemment cette année. Il s'entraîne depuis le mois de mars au pôle Finistère Course au Large et avale les milles pour être totalement prêt au départ de la Solitaire du Figaro à Perros Guirec. C'est d'ailleurs de ce port breton des Côtes d'Armor qu'avait eu lieu le départ de la course en 2005, remportée par Jérémie, un signe auquel le skipper tient.
BPI, un soutien sans faille. 

Cela fait trois ans que, sous la houlette de sa Présidente Claude Paoli, tout le groupe BPI accompagne Jérémie Beyou sur la Solitaire du Figaro. Une histoire d'amitié d'abord, mais surtout un engagement auprès d'un professionnel qui, comme l'ensemble des collaborateurs de BPI, revendique et pratique chaque jour des valeurs humaines de courage, d'audace et d'envie de relever des défis. 

Le Vendée Globe 2012, dans un coin de la tête ... 

Depuis la fin du dernier Vendée Globe, Jérémie Beyou n'a jamais caché son objectif, être au départ de l'édition suivante. Si la conjoncture économique n'est pas facile, le skipper est, lui, très obstiné. Il a développé l'activité de sa société pour être opérationnel, avec son équipe, à la moindre opportunité. Il a donc maintenu l'activité de préparation de bateaux, a envisagé des solutions de multi-partenariats et a engrangé des expériences sur des bateaux tels que le Foncia de Michel Desjoyeaux (saison 2009) et le Maxi Banque Populaire V de Pascal Bidegorry (saison 2010). Jérémie Beyou poursuit ses démarches de prospection et s'est entouré d'une équipe qui y croit autant que lui ! Il qu'il sait qu'il a tous les atouts pour s'aligner au départ de grandes courses. 

Questions à Jérémie Beyou : 

Pourquoi revenir sur la Solitaire du Figaro pour la douzième fois, alors que l'objectif reste de courir le Vendée Globe sur un Imoca 60 ?

J'ai envie et besoin de me confronter en solitaire, au plus haut niveau, sur une course de référence. En amont d'une telle course, il faut bien se préparer et s'entraîner, tester sa vitesse, bosser la météo, travailler sur de nombreux paramètres à la fois. C'est certainement la meilleure façon de se préparer en solitaire. Cette année, en monocoque Imoca 60' il y a peu de courses, à part l'Europa Race qui se courra en équipage. Je l'ai déjà courue, et gagnée, sur Foncia (skippé par Michel Desjoyeaux ndlr) en 2009. Et puis, sur les deux dernières Solitaire du Figaro, j'aurais pu faire mieux et cette année, j'ai envie d'être parfaitement prêt. 

Avec BPI, est-ce une histoire qui se construit d'année en année ?

J'ai envie de leur offrir un beau résultat. Au début de notre histoire commune, c'était un coup de main de Claude Paoli et de sa famille. Puis ils ont découvert une course qui, médiatiquement, vaut la peine et permet de très belles opérations de communication. Nous partions très humblement sur des opérations événementielles amicales qui se sont très bien passées sans budget extravagant. Nous avons eu de très belles retombées avec les clients et les collaborateurs. Je crois qu'ils ont été étonnés de voir les retombées générées par mes deux victoires d'étapes lors de la première année. Cette année, tout le monde va s'attacher à bien construire les choses pour en tirer le meilleur. BPI sait que j'ai envie de courir la Solitaire, ils sont contents de voir que je navigue aussi sur d'autres bateaux et que j'ai envie d'être au départ du Vendée Globe, même si BPI n'est pas dimensionné pour cette course. 

Vous étiez susceptible d'être retenu par le groupe Banque Populaire comme skipper de son monocoque pour le prochain Vendée Globe. Dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Je suis déçu de ne pas avoir été retenu parce que ce projet était techniquement très compétitif. Sportivement et techniquement, je pense que j'étais bien placé pour mener à bien ce projet.
Mais je compte bien être sur la ligne de départ et sur la ligne d'arrivée devant les meilleurs. J'ai vraiment envie de courir cette course, ce n'est pas un « plan de carrière » mais une réelle envie. Si un partenaire est prêt à me faire confiance, je ferai les choses bien, très très bien. 

Comment envisagez-vous l'avenir, qu'est ce qui vous motive le plus ?

Tous les supports m'intéressent et me donnent tous autant envie les uns que les autres. Mon expérience me permet de passer de l'un à l'autre, monocoque, multicoque, en équipage ou en solitaire. Le Vendée Globe n'est pas mon ultime objectif. J'ai envie de multiplier les expériences et de naviguer au plus haut-niveau, le plus possible. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter