28/10/2011


Lionel Lemonchois - L'architecte, le chantier et la taille du Maxi Prince de Bretagne dévoilés

Ce matin, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à bord de l'Etoile du Roy, amarré dans le bassin Paul Vatine au Havre, Lionel Lemonchois et les représentants de la marque Prince de Bretagne ont détaillé le projet d'un Maxi ...

... officiellement annoncé le 4 octobre dernier. Le point avec le skipper et Emmanuel Descloux, directeur marketing de la coopérative. 

Quelle est la genèse de ce projet Maxi Prince de Bretagne ?

Emmanuel Descloux :

« Les responsables producteurs des coopératives que regroupe Prince de Bretagne se sont réunis après la Route du Rhum 2010 et le projet a commencé à germer Bien sûr, nous avons regardé d'autres solutions possibles. Le MOD 70 par exemple. Finalement, le choix de l'Ultime s'est fait assez naturellement. Etre dans une classe dans laquelle nous retrouvons des entreprises, comme Idec ou encore Sodebo, d'une taille et avec des moyens relativement identiques aux nôtres était important pour Prince de Bretagne. » 

Quels sont vos objectifs et le programme de ce nouveau bateau ?

Emmanuel Descloux :

« L'objectif principal est la Route du Rhum 2014. C'est inscrit dans le marbre. Nous voulons réaliser le bateau capable de gagner cette épreuve avec Lionel. Un bateau adapté à son image. Par ailleurs, nous sommes en train de bâtir un programme de courses et de records. Celui-ci n'est pas encore arrêté mais nous avons différents projets, notamment pour 2013. » 

Lionel Lemonchois :

« J'ajouterai que je ne pense pas que nous irons chercher le record de Francis Joyon sur le Tour du monde. Avec son chrono, il a placé la barre très haute et pour partir à la chasse de son temps, il faudrait faire des investissements plus importants. Quoi qu'il en soit, nous avons beaucoup de projets. C'est certain, nous aurons de quoi nous occuper jusqu'au départ de la prochaine édition de la Route du Rhum. » 

Pourquoi avoir choisi de racheter le trimaran 60 pieds de Thomas Coville ?

Emmanuel Descloux :

« Avec Lionel, nous avons longuement échangé sur le sujet. Chez Prince de Bretagne, nous avons posé beaucoup de questions. Une revenait systématiquement : « Lionel, penses-tu pouvoir remporter le Rhum avec ce bateau, quelle que soit la concurrence ? » La réponse a toujours été oui. Cela nous a permis d'aller plus loin dans le projet et de le concrétiser maintenant, dans un budget cohérent. » 

Lionel Lemonchois :

« L'idée était de récupérer un bateau pas cher et de le transformer. Trois trimarans ORMA étaient disponibles (Banque Populaire, Groupama 2 et Sodebo). J'ai choisi le plus large pour pouvoir faire le bateau le plus long possible. » 

Aujourd'hui, vous avez fait des choix : l'architecte, le chantier de construction, la taille. Quels sont ceux qui sont arrêtés ?

Lionel Lemonchois :

« Tout en fait. En ce qui concerne l'architecte, choisir VPLP paraissait logique. D'abord parce que ce cabinet a construit le 60 pieds Sodebo, ensuite parce qu'en terme d'acquis, d'expériences et de résultats, il a fait ses preuves. Disons que s'engager avec eux, c'était minimiser les risques. Le chantier débutera le 2 novembre chez Mutiplast à Vannes pour une mise à l'eau en septembre 2012. Pour la longueur, nous partons sur un 80 pieds. Nous avons déterminé la longueur du Maxi à partir des analyses réalisées par les architectes par rapport à ce que je voulais dès le départ, c'est-à-dire à peu près le même déplacement qu'avait Sodebo au niveau du poids et de la masse, etc… Le but ? Pouvoir garder le mât, l'accastillage et ainsi ne pas partir dans une spirale de coûts délirante. Au final, nous aurons un 80 pieds pour moins cher qu'un 60 pieds il y a cinq ans. » 

Quid du Multi50 Prince de Bretagne ?

Emmanuel Descloux :

« Notre décision n'est pas arrêtée. Toutes les options sont encore possibles. En tous les cas, le résultat de la Transat Jacques Vabre n'influencera pas la décision finale. Pour commencer, nous devons avaler le gros morceau de la construction du Maxi. Nous nous sommes engagés à garder un budget constant entre le Multi50 aujourd'hui et le Maxi 80. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter