20/02/2011


Pascal Bidegorry - Le Maxi Banque Populaire V de retour à Lorient

Le samedi 22 janvier dernier, à 12 heures 11 minutes et 45 secondes (heure de Paris), le Maxi Banque Populaire V coupait la ligne de départ du Trophée Jules Verne au large de Ouessant avec en ligne de mire un parcours mythique, une aventure ...

... humaine forte et un temps de référence à battre de 48 jours 7 heures 44 minutes et 52 secondes. Treize jours plus tard, dans l'Atlantique Sud, aux portes de l'Indien, la collision avec un OFNI* endommageait lourdement la dérive du trimaran géant et stoppait nette la belle aventure de Pascal Bidégorry et ses hommes, venant rappeler la dure loi d'un sport mécanique et la suprématie des éléments. Sur le chemin du retour depuis le 6 février, l'équipage a rallié Lorient, peu avant 10 heures ce dimanche matin. Entre émotions des retrouvailles avec les familles et amis venus nombreux, et frustration de n'avoir pu mener cette première tentative à bien, les quatorze marins ont profité de l'occasion pour revenir sur cette expérience unique. 

Pascal Bidégorry, skipper - hors quart :

"On a continué à bien travailler sur ces 15 jours. On s'était fixé comme objectif de continuer à naviguer comme si on était en record... notamment dans l’'organisation du bord, dans la continuité de ce qu’on a fait sur les douze premiers jours de course. C'était important, il ne fallait pas s'arrêter et garder la même dynamique.
Le bateau est bien, c'est un fait, tout le monde le dit, mais je me suis régalé à naviguer avec les mecs à bord. Je pense qu'on a tout pour réussir ce projet comme il faut. On a fait une trentaine de jours de mer. c'est sûr que ça va nous servir énormément, qu'on revient beaucoup moins bête qu'on est parti ! Les gars du team ont fait un travail énorme et on a tous un peu grandi. On a appris à vivre ensemble dans la performance du bateau. Vivre ensemble à 20 nœuds et vivre ensemble à 35 nœuds, ce n'est pas pareil. J'ai essayé d'apprendre en regardant les autres et en voyant l'intelligence avec laquelle ils ont mené leur bateau et leurs hommes. On voit que ce n'est pas simple. On n'a pas cassé le bateau. On a bien navigué. On a tapé quelque chose mais on n'a pas fait d'erreur.
On espère repartir. Il y a dix jours de travail sur le bateau. Il faut faire un check complet parce qu'on a quand même navigué 30 jours sur un multicoque de 40 mètres. Depuis qu'on a fait demi-tour, on n'a pas arrêté de regarder Sainte-Hélène et la trajectoire des concurrents de la Barcelona World Race et de Thomas Coville.. On sait très bien que ça ne fait plaisir à personne de faire demi-tour. On a pesé le pour et le contre. Mais c'était un bon choix. 

Juan Vila, navigateur - hors quart :

"C'était une très belle expérience, très intense avec des moments hauts et des moments bas, comme toujours dans ce type de course. Tout allait vraiment bien. C'est dommage mais on espère y retourner très vite. Dans mon rôle de navigateur, j'ai forcément passé beaucoup de temps à l'intérieur, en faisant un peu une régate virtuelle sur l'ordinateur. Mais j'étais aussi sur le pont pour toutes les manœuvres, pour aider. Ca m'a permis de voir les deux volets de cette navigation et donné l'envie de repartir. Je sais qu'après une journée à terre, je serai en train de regarder les fichiers et de me dire : quand est-ce qu'on y retourne ?" 

Yvan Ravussin, Chef de quart (Quart n°1) :

"Pour cette première tentative, on a fait un super début de course. Que ce soit sur le plan du bateau ou de l’équipage, c’était vraiment du pur bonheur et on n’a qu’une seule envie, c’est d’y retourner ! On sait que la casse fait partie de notre sport mais je pensais vraiment être à l’abri sur ce genre de gros bateau. Même si ne c’est pas la première fois que j’effectue ce genre de réparation en pleine mer, celle-là a vraiment été la plus grosse et la plus périlleuse d’entre-elles. Mais cette première tentative nous a permis d’en savoir davantage sur cette machine et nous donne une incroyable envie de voir ce dont elle est capable sur le tour entier". 

Brian Thompson, barreur/régleur (Quart n°1) :

"Je me sens super bien et pas trop fatigué ! Nous avons convoyé pendant quatorze jours et n’allions pas aussi vite évidemment avec la dérive abimée. C'était la première fois que je naviguais aussi longtemps sur ce bateau et je dois dire qu'il a un incroyable potentiel. C’est juste dommage d’avoir heurté cet OFNI. J'étais à la barre au moment du choc, nous allions à 37 nœuds, sous un vent stable et c’était vraiment une super nuit. L’impact n’a pas été aussi violent que ça et nous ne pouvions pas imaginer la gravité des dégâts. Lorsque l’on a franchi l’équateur, j'ai fait une offrande de saucisson à Neptune, mais je ne suis pas sûr que cela ait été suffisant. Je suppose qu'il était un peu en colère que je ne lui ai pas fourni le vin français avec (rires) !" 

Thierry Chabagny, barreur/régleur (Quart n°1) :

"Trente jours de mer sur un bateau comme ça, c'est très riche. Ils m'ont permis d'apprendre beaucoup sur l'ensemble des manœuvres, le réglage des voiles... Toutes les heures passées à la barre m'ont développé des sensibilités que je n'avais pas avant de partir. Je me suis aussi rendu compte que j'avais très envie de repartir pour essayer d'enfin boucler ce tour du monde qui nous fait rêver mais qui reste très dur. Humainement, tu te rends compte que c'est comme une petite entreprise et que des notions comme le respect et l'écoute sont très importantes. Ca s'est très bien passé entre nous. J'ai fait beaucoup de solitaire et finalement peu d'équipage. C'est intéressant de pouvoir voir dans le regard des autres ce que tu dégages. Du coup tu as souvent tendance à essayer de faire mieux, de corriger même si la vérité ressort toujours. Je pense que nous avons tous été "choisis" pour notre faculté à nous entendre avec les autres et il n'y a pas eu de problème. On a vraiment partagé chaque instant, c'était un vrai bonheur !" 

Pierre-Yves Moreau, numéro un (Quart n°1) :

"En tant que responsable technique du Maxi Banque Populaire V, je suis intervenu sur la dérive juste après le choc. On a attendu d'être dans des eaux plus calmes pour l'enlever. En la sortant on était un peu dépité parce qu'elle était très abimée, plus que ce qu'on imaginait. Il a fallu rafistoler, couper avec les moyens du bord. On en a coupé deux mètres, ce qui nous a permis de re-naviguer avec le bateau. L'équipage est bon et bien ! J'étais très heureux de mon quart, on était bien complémentaires. On s'est amusé mais c'était sérieux aussi".  

Frédéric Le Peutrec, chef de quart (Quart n°2) :

"Avoir navigué trente jours à bord du bateau et avec l'équipage, ce sont autant d'acquis pour la prochaine fois. Il n'y a pas eu de bobo, pas de plainte, on a tous été aussi déçus les uns que les autres quand le choc est arrivé. C'est rare que ce soit à la première tentative que ça passe. Ce qu'on apprend à chaque fois c'est de l'acquis nécessaire pour la tentative qui sera couronnée de succès. On n'a pas attaqué la partie dans laquelle on se fait les gros souvenirs, c'est à dire le sud. Mais c'est toujours un gros plaisir d'aller très vite avec un bateau équilibré, de se retrouver à la barre en précision avec un engin qui déboule à 37, 38, 40 nœuds au milieu de la nuit. Ce sont de vrais plaisirs. Ca s'est arrêté trop vite mais ce n'est que partie remise. Ça fait partie de l'exercice, ce n'est pas qu'une régate mais la frustration ne va pas au delà du supportable". 

Emmanuel Le Borgne, barreur/régleur (Quart n°2) :

« Le départ était super sympa avec des bonnes conditions pour arriver jusqu’au Pot au Noir. On savait déjà, bien avant d’atteindre l’équateur, que l’Atlantique sud serait compliqué mais on gardait un petit espoir que les choses s’améliorent. La casse mécanique nous a malheureusement fait revoir nos stratégies et on a dû prendre la décision de rentrer. Je dormais au moment du choc mais ce n’était pas très violent. Paradoxalement c’était un choc un peu particulier, assez transverse, qui a fait beaucoup de dégâts.
Le convoyage retour nous a tout de même permis de continuer à valider des choses, à travailler l’organisation des quarts, des manœuvres et c’est curieusement passé assez vite. En tous cas, cette première tentative est trop courte mais très concluante. On s’est présenté à la porte du grand Sud, elle s’est refermée donc on va aller vite toquer une deuxième fois. » 

Erwan Tabarly, barreur/régleur (Quart n°2) :

"C'est une superbe expérience que de naviguer sur un des bateaux les plus rapides de la course au large. C'est un grand honneur et beaucoup de plaisir de naviguer avec cet équipage. J'ai profité de chaque instant comme d'un grand privilège. J'en garde de très bons souvenirs même si on aurait aimé aller au bout c'est sûr. Il faut rebondir et on ne va pas s'arrêter là. Il y aura une suite et ce sera pour la prochaine fois." 

Ronan Lucas, numéro un (Quart n°2) :

"On a passé près d'un mois en mer, je ne l'ai pas senti passer. Les quinze premiers jours c'est une succession : Les Canaries, le Cap Vert, l'Equateur, l'attaque du Sud, Sainte-Hélène... Ca va vraiment très vite et on est toujours focalisé sur le coup d'après. C'est vraiment rapide. Après il y a la déception de se dire que le record est fichu pour cette première tentative. C'est beaucoup d'énergie pour un aléa qu'on ne maîtrise pas. On n'a pas eu de réussite cette fois-ci, la prochaine fois on l'aura. On a des satisfactions ; le bateau va vite, l'équipage est compétent. Au moment où on a abandonné on avait 400 milles d'avance alors qu'on avait une météo plutôt moyenne. Il y a de la déception parce qu'il y a eu beaucoup d'énergie des sportifs sur l'eau, de l'équipe technique et du sponsor qui nous soutient depuis longtemps. Tout le monde y croit. On a juste touché du doigt les moments mythiques d'un tour du monde et on aurait aimé aller plus loin." 

Jérémie Beyou, chef de quart (Quart n°3) :

"Le principe du convoyage est de ne pas trop pousser la machine mais en même temps on a envie de voir certaines choses. Toute la question a donc été de savoir où on plaçait la barre. C'était intéressant de voir comment faire avancer un bateau vite, le plus proche possible de ses capacités maximales mais en tenant compte de ce problème de dérive, pour voir comment on s'en sort et enregistrer ces données là. Ce convoyage nous a permis de discuter plus avec les autres et notamment ceux des autres quarts qu'on a beaucoup croisé. Ce facteur humain est sur le dessus de la pile des critères de réussite". 

Kevin Escoffier, barreur/régleur (Quart n°3) :

"C’était super ! On a vu que le bateau allait vite et j’ai pris énormément de plaisir. Après un an et demi comme ça, ça fait vraiment du bien de partir enfin. C’est forcement décevant de s’arrêter à cause de la dérive car à part ça le bateau était nickel. C’est la fatalité, un impondérable de notre sport et on doit faire avec. Il faut se faire une raison mais surtout prendre les points positifs : à part la dérive, le bateau est très propre après trente jours de mer. Bien évidemment on aurait préféré aller plus loin mais cette première tentative est une expérience supplémentaire importante pour un futur départ. Ce qui m’a le plus marqué sur la traversée sont les deux premiers jours. On avait déjà une envie folle de partir naviguer, mais on a surtout eu de super conditions pour bien carburer. J’en garde de magnifiques souvenirs avec de superbes heures de barre." 

Xavier Revil, barreur/régleur (Quart n°3) :

"Tout d’abord c’est la première fois que je passe autant de jours en mer et je dois dire que ça m’a bien plu ! J’ai même très envie d’y retourner. Tout s’est super bien passé et je suis très vite rentré dans mon rythme de quart. La première nuit était un peu difficile mais tu t’acclimates vite à la vie du bateau et ça me donne beaucoup de confiance pour la suite. Pour mon premier passage de l’équateur, on a fait une petite fête. On est très concentré dans la course et cela a permis d’avoir un moment de convivialité tous ensemble.
L’avitaillement dont j’étais en charge s’est très bien passé. On n’a manqué de rien mais ce n’est pas facile de satisfaire tout le monde en terme de goût. On a appris pendant ces trente jours et c’est comme pour le bateau, il y aura des améliorations à apporter et des ajustements à faire. Mais tout le monde était content. C’est le plus important. » 

Florent Chastel, numéro un (Quart n°3) :

"Il n’y a vraiment eu que du positif sur ces treize jours de course, mis à part le choc avec l’OFNI. Le plus impressionnant sur ce bateau c’est sa capacité à afficher de superbes moyennes dès qu’il y a un peu d’air. Même si la météo n’a pas toujours été très favorable, on a quand même réussi à bénéficier de pas mal d’avance sur les temps du record. C’était une bonne session qui ne se termine pas comme on l’aurait souhaité mais il faut maintenant tout mettre en ordre et essayer de repartir le plus vite possible. En tous cas, le bateau a largement le potentiel pour décrocher ce Trophée." 

*Objet Flottant Non Identifié 

Pascal Bidegorry

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter