05/02/2011


Pascal Bidegorry - Le Team Banque Populaire contraint à l'abandon dans sa première tentative sur le Trophée Jules Verne

Alors qu’il possédait une avance de 324 milles sur le temps de référence, le Maxi Banque Populaire V, handicapé depuis plus de 48 heures par une dérive endommagée suite à la collision avec un OFNI*, a été stoppé en plein vol.

L’équipage aura tout tenté pour réparer la pièce et pouvoir reprendre son tour du monde. Mais après 24 heures de soins intensifs, Pascal Bidégorry et ses hommes doivent se rendre à l'évidence ; il ne leur est pas possible de continuer leur route avec une dérive qui ne remplit plus son office quand une longue navigation au près s'annonce vers les îles Kerguelen. Après quatorze jours d'une navigation qui aura donné un aperçu impressionnant des performances de la monture, les quatorze hommes du bord sont donc contraints au renoncement dans leur première tentative de record sur le Trophée Jules Verne. 

Joint par téléphone en fin de matinée, Pascal Bidégorry est revenu sur cette décision difficile mais raisonnée : 

" Nous avons passé la journée d'hier à scier l'extrémité de la dérive abimée. Nous avons dégagé une petite partie saine et nous avons gratté à l'intérieur pour faire une stratification. En ce moment, les garçons sont en train d'essayer de boucher avec tout ce qu'ils trouvent. Ensuite il faudra stratifier l'extérieur. Le bateau est un véritable atelier de composite en ce moment, ce qui n'a rien d'évident par 46° Sud, dans le froid et dans le brouillard permanent. Nous nous retrouvons avec deux mètres de dérive au lieu des 6,80 mètres habituels. A l'échelle d'un bateau comme le nôtre, ça n'encourage pas la performance et nous avons énormément de près annoncé pour aller jusqu'aux Kerguelen, conditions dans lesquelles la longueur totale de la dérive est indispensable. Cela fait deux jours et demi qu'on travaille et malgré toute notre détermination, nous nous rendons bien compte qu'on ne pourra pas la remettre en place avant demain midi au minimum. Il faut être objectif, nous sommes quand même dans un record et nous courrons contre le temps. Ne pas continuer est plus qu'une évidence aujourd'hui, d'autant plus qu'on sait qu'il y a du près qui nous attend. Nous ne pouvons plus aller aussi vite que nous le souhaitions dans le Sud. Nous sommes sortis de ce qu’était l'essence même de notre objectif. Nous avons donc pris la décision de laisser un peu de temps à l'équipe en charge du "chantier" pour finir de réparer comme il faut. Ensuite nous rentrerons doucement mais sûrement vers Lorient. Nous sommes de grands garçons, nous sommes venus là tout seuls et nous rentrerons à la voile. Pour l'instant, nous faisons toujours cap à l'Est. Nous devrions avoir une bascule d'ici une ou deux heures pour pouvoir faire une route du Nord. D'ici 24 heures, nous devrions avoir des conditions très molles qui vont nous permettre de finir la réparation. Ensuite, nous allons repartir dans les alizés, au portant jusqu'au Pot au Noir ". 

La déception et la frustration de l'équipage, du Team et de la Banque Populaire sont aujourd'hui forcément fortes, mais tous savent que cette décision s'impose alors qu'il reste encore les deux tiers du tour du monde à parcourir. Parti de Brest le samedi 22 janvier dernier, le Maxi Banque Populaire avait signé une très belle entrée en matière, confirmant tout son potentiel de chasseur de records. Mais dans la nuit du 2 au 3 février, ce qui devait très probablement être un cétacé est venu réduire à néant les espoirs de Pascal Bidégorry et ses hommes dans l'Atlantique Sud, à quelques centaines de milles du Cap de Bonne Espérance. Contraints à l'abandon après deux journées et demie passées à tenter de trouver une solution, ces derniers n'envisagent pas d'escale et vont donc faire route au Nord afin de rallier leur base lorientaise d'ici 18 à 20 jours. 

Si cette tentative de Trophée Jules Verne prend fin en ce samedi 5 février, rappelons qu'elle était la première du trimaran géant aux couleurs de la Banque de la Voile, engagée avec ténacité depuis plus 20 ans dans la course au large et ses aléas de sport mécanique. 

Nul doute que quatorze grands marins et leur monture ont désormais une revanche à prendre sur le tour du monde. C'est en ces termes que Pascal Bidégorry concluait la vacation du jour : 

" Je suis déterminé à faire ce tour du monde et à battre ce record. Nous avons à la fois un bateau fiable sur lequel on a vraiment bien travaillé et un degré de qualité sur le plan sportif qui fait que le Maxi Banque Populaire V mérite beaucoup mieux que ce qu'on a à lui offrir aujourd'hui. Il faut continuer à travailler pour l'avenir. " 

* OFNI : objet flottant non identifié 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter