15/11/2010


Philippe Monnet - Un premier Rhum pour La Boîte à Pizza

Elle se sera fait attendre cette ligne d'arrivée guadeloupéenne ! Tout comme cette 9ème Route du Rhum-La Banque Postale dont Philippe Monnet avait pris le départ au tout dernier moment grâce à La Boîte à Pizza, partenaire de la dernière heure.

C'est finalement à 14h 10mn et 50s ce lundi que le trimaran a franchi la ligne après 15 jours 1 heure et 8 minutes de course. Philippe Monnet termine 5ème dans la catégorie Ultime à la vitesse moyenne de 13,58 nœuds. Une transatlantique en mode lenteur pour l'un des marins les plus « aventuriers » de la course au large… 

Près de 18 heures de navigation pour contourner la Guadeloupe, jusqu'au bout Eole aura joué avec les nerfs du détenteur du Tour du Monde à l'envers. Tôt ce matin, le passage de la bouée de Basse-Terre s'est fait en mode tricotage avec des vitesses avoisinant les 2,5 nœuds, le trimaran blanc et rouge tentant au beau milieu de la nuit (locale) de s'extirper des dévents de l'île, pourtant tant attendue. C'est qu'il s'est mérité ce Rhum cuvée 2010 ! 

15 jours 1 heure 8 minutes en mer, 4.906 milles nautiques parcourus au lieu des 3.539 milles théoriques de la route directe. Et c'est encore avec le sourire que Philippe Monnet débarque de sa Boîte à Pizza sur le ponton de la Darse à Pointe à Pitre. Fin de matinée aux Antilles mais les guadeloupéens sont tout de même venus nombreux saluer le marin qui boucle ainsi sa 3ème Route du Rhum. Un grand soulagement pour Philippe qui depuis 3 jours ne se nourrissait plus que d'oignons, d'olives noires et de dattes. « J'avais tablé sur 15 jours maximum de nourriture mais quand j'ai vu les zones sans vent s'élargir, j'ai commencé à me rationner un peu. Il ne fallait pas que ça dure 20 jours. Le problème de la voile, c'est que ça marche avec du vent et quand il n'y a pas de vent, ça n'avance pas ! Quand il n'y a pas d'air pendant toute une semaine avec une zone déventée allant de la Guadeloupe à Puerto-Rico, ça languit et les jours s'allongent tandis que le but se rapproche très lentement. » 

Une cinquième place logique 

Il ne prétendait pas faire concurrence aux monstres de technologie qui se sont élancés avec lui le 31 octobre dernier. D'ailleurs, c'est une toute autre course que vient de réaliser le navigateur qui termine la belle aventure un peu plus de 5 jours derrière le vainqueur Franck Cammas. « Au début, j'ai opté pour la route qu'ont pris les vainqueurs mais je suis passé 3h trop tard au Cap Finisterre. Joyon est passé mais moi, il me restait 25 milles à faire tandis que je voyais l'Anticyclone se rapprocher, pourtant je marchais à plus de 20 nœuds. La sortie de Manche, Ouessant et Cap Finisterre sont des passages à niveaux et ça m'a foutu en l'air le reste de la course. Ensuite j'étais toujours en décalé et du coup j'ai eu très peu de vent par rapport à eux. Sur la fin, j'ai essayé de rester en limite de la zone de vent donc j'ai plongé jusqu'à Trinidad et je suis remonté sur l'autre bord direction la Guadeloupe. Ça a été payant jusqu'à cette nuit. Ensuite, on sait que sur le tour de l'île, quand il n'y a pas de vent sur la côte au vent, c'est qu'il n'y en a pas du tout à la côte sous le vent. Je m'attendais donc à ce que ça traîne ! » 

Jamais la guerre 

Habitué et presque fervent amateur des grosses conditions qu'il a souvent rencontré dans le grand sud, le skipper de la Boîte à Pizza a du se résigner à naviguer dans des conditions idéales mais plutôt pour faire du charter. « Je n'ai jamais pris un ris, j'ai toujours été au portant dans des airs légers. Les voiles n'ont pas bougé ni changé de forme pendant ces 15 jours de course, j'ai juste changé un gennaker. Cela n'a jamais été la guerre ! C'est la première fois que je vois ça en 40 transatlantiques au moins. » 

En douceur pour apprivoiser La Boîte à Pizza 

S'il n'aurait pas été contre un peu plus de rythme, il faut tout de même comprendre que cette Route du Rhum - La Banque Postale était presque un entrainement pour le tout nouveau propriétaire de l'Ex- Castorama d'Ellen Mac Arthur, qui avait à cœur de tester sa monture avant de partir vers d'autres horizons. « Je suis particulièrement content de ma Boîte à Pizza. Certes, il n'est pas très rapide dans les petits airs mais très sécurité ce qui est idéal pour mon futur tour du monde. » Hormis un problème de dérive dans le Golfe de Gascogne après avoir heurté un OFNI, il n'y a aucun autre bobo à déplorer sur le trimaran. Tout cela est de très bon augure pour l'avenir. 

Et pour la suite justement ? 

« Je suis heureux en mer, mais je vais tout de même apprécier les jours à venir à terre. Cela a été tellement compliqué avant le départ que je vais souffler un peu. Enfin, très sincèrement, je remercie La Boîte à Pizza, sans qui je ne serais pas parti. Pour la suite, je n'en ai aucune idée ! Je ne sais pas encore comment va rentrer le bateau puisque trois jours avant le départ je n'étais pas sûr de partir. Chaque chose en son temps donc, et je suis plutôt du genre à avancer au jour le jour… » Conclut Philippe Monnet qui s'élancera prochainement à l'assaut des 8 plus grands records océaniques en solitaire. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter