03/11/2010


Philippe Monnet - Arrêt buffet au beau milieu de la nuit

Les dernières heures ont été intenses, dans le rail des cargos, le moindre défaut de veille peut être fatal. C'est donc en mode vigilance que Philippe Monnet avait passé ces derniers jours. Tandis qu'il s'accordait enfin un peu de repos ...

... cette nuit, La Boîte à Pizza a heurté un OFNI, « il était 3h30, le réveil a été brutal, j'ai fini les pieds coincés dans la table à carte ! Heureusement que j'ai perdu l'habitude de dormir la tête en avant, s'amuse le skipper, j'ai donc pris un grand coup dans la dérive, le bateau s'est arrêté net et le gennaker s'est un peu déchiré : on peut lire le journal à travers ». A priori plus de peur que de mal car la dérive était haute, « je crois que le bord d'attaque est en chou-fleur, il y avait de grosses vibrations qui viennent de se stopper donc il y a sûrement un petit bout qui s'est détaché. Mais il n'y a pas de voie d'eau au puits de dérive, ce bateau est vraiment costaud. Je ne suis pas trop inquiet pour la suite. » 

Trop tard à la porte 

Pas facile de faire la course contre ces véritables monstres de technologies. Et pourtant, Philippe Monnet, compétiteur avant tout, met un point d'honneur à ne pas laisser filer trop loin ses camarades de jeu. Pour cela, il travaille sa route et la météo avec une attention toute particulière, « j'aime ça : jouer avec les éléments. Là, je suis un peu déçu car je suis passé trop tard à la porte, il me manquait environ trois bonnes heures. Le vent a molli d'un seul coup, j'étais à moins de 9 nœuds. Je me suis fait coincer le long du Portugal et il a fallu que je retire des bords pour reprendre un peu de vent et contourner l'Anticyclone. » 

Oh mon bateau… ! 

Il commence à le connaître son beau bateau… Avec plus de 5.000 milles nautiques réalisés cette année pour le ramener d'Oman en France mais toujours au près, maintenant c'est au portant qu'il va falloir travailler : « C'est très confort, le bateau ne mouille pas, même avec 20 nœuds de vent, je n'ai pas une goutte ni sur le pont ni dans le cockpit. Maintenant il faut que je l'apprivoise sur les allures portantes. Il se réveille autour de 15-18 nœuds, il faudra faire des réglages de pilote pour bien affiner avec les bonnes combinaisons de voiles. Je ne suis pas encore assez régulier, mais cela va venir » conclut le skipper de La Boîte à Pizza. 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter